RSS
RSS




[Guilde indépendante] Aeternitas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Lun 09 Mai 2016, 00:44
         

Je ne sus que dire. Bouche bée, mon regard ne pouvait quitter cet homme. Les phrases qu'il venait de prononcer m'avaient touché au plus profond de mon cœur, comme s'il venait d'ouvrir devant moi le portail de mon futur et de faire la description des merveilles que j'allais trouver par de-là celui-ci. Une réalité de laquelle nous pouvions tirer une infinité de subjectivités uniques... l'humanité reposait sur cela, pourtant si peu de personne en avaient conscience. Mais ses paroles étaient si lucides, comme chargées d'une omniscience qu'il souhaitait transmettre au monde.

Offrir aux jeunes gens la possibilité d'entrevoir toutes les possibilités du monde, mmh ? C'était plus ou moins l'objectif que je m'étais donné, en créant avec ma femme la bibliothèque où nous vivions. C'était ce que je voulais offrir à Liesel. Et voilà que tout semblait perdu, vous arrivez et proposez de poursuivre ce rêve à ma place, de lui montrer toutes les merveilles que recèle la Nature, avec les moyens nécessaires...

Je fixai intensément mon père. Je ne l'avais probablement jamais vu aussi triste. La tête baissée, je ne pouvais percevoir dans l'ombre de ses cheveux blonds que les mouvements de sa bouche lorsqu'il prit la parole. Ce qu'il annonça m'amena presque les larmes, pour une raison que je ne compris pas sur l'instant. Réaliser quels étaient les rêves de son père et être intégré dans ceux-ci m'avait fortement ému.

Il renifla avant de lever la tête, un splendide sourire sur les lèvres.


Ce que vous venez de dire est la chose la plus sage qu'il m'ait été donnée d'entendre de la part d'inconnus rencontrés par le fruit du hasard. Je m'avoue vaincu - son sourire s'intensifia dans un soupir d'abandon - je ne peux pas faire le poids face à ce que vous avez les moyens de proposer à mon fils. Je ne vois aucune malhonnêteté dans votre regard...

Monsieur Mugetsu... je veux apprendre à regarder le monde sous tous les angles qu'il ne me soit permis de voir ! Je veux apprendre à voler de mes propres ailes !

Il me sourit lorsque je lui adressai ceci. L'admiration que je portais à cet individu ne devait plus rester qu'une foi inerte. Si son but était de nous transmettre la chose commune à toutes les toiles de l'univers, alors je me devais de peindre la mienne ; de tirer de celle-ci les plaisirs et les leçons, les erreurs et la fierté d'une vie. De ma vie.




Après un moment de silence, nous nous rappelâmes où nous nous trouvions dans la conversation.


Nous... en étions aux présentations, non ? Je m'appelle Liesel. Je... - un léger blanc vint marquer mon absence de choses à dire - j'apprends la magie du papier. Je suis doué en origamis, et j'aime beaucoup lire ! Je ne sais pas trop quoi dire d'autre... - un incontrôlé sourire embarrassé vint tâcher mon visage alors que je réfléchissais intensément sur "que dire d'intéressant ?"... J'espère qu'il n'y a pas beaucoup de monde dans cette guilde.

J'avais plus murmuré ça à moi-même que pour le dire réellement à voix haute. Mais un autre moment de silence se montra plus gênant cette fois-ci : on attendait que je prenne la suite.

Euh, je suppose que c'est à mon tour de faire les présentations ? - merci papa ! - Eryck Engelwald. Je tenais une bibliothèque, avec ma femme. Je manie la magie des contes, que j'essaye de perfectionner du mieux que je puisse. Je peux matérialiser des personnages ou des créatures tirées de contes divers. Je ne cherche pas à devenir un grand mage, seulement... j'ai un fils, une patrie, Iceberg, et cette magie leur est entièrement dédiée. Ma femme Cläre est... restée au front de Bosco. Il m'est difficile, à chaque heure qui s'ajoute à son absence, de garder espoir, mais j'ai confiance en elle. Elle aussi est une mage douée, dans l'art de manier la neige. Si vous prenez Liesel, alors j'irai la retrouver, pour combattre avec elle pour Bosco.



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: Expérimenté
Aeternanos: 131 096
avatar
Liesel Engelwald
Sorcier travailleur
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 263
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Mai 2016, 11:15
         

Enfin, ils me faisaient confiance. Cela n'avait pas été facile à obtenir, mais après tout, ce sont ces différences dans les convictions premières de chacun qui rendent ces recrutements plus qu'intéressants et instructifs. Le courage des parents de Liesel, était admirable : sa mère prenait tous les risques pour le protéger ainsi que son mari ; son père était prêt à s'opposer à quiconque les menaçait, même si c'eut été Belzébuth en personne. Une famille vraiment unie... Ces pensées familiales ne purent que me faire songer à ma propre compagne et à notre futur enfant... J'espérai être pour lui un père aussi bon qu'Erick l'était pour Liesel. Et, je ne sais pourquoi, je voulais leur offrir plus que l'hospitalité, les aider, de façon plus substantielle... Je me levai brusquement.


Veuillez m'excuser, je reviens dans une ou deux heures, une urgence télépathique qui ne peut malheureusement pas souffrir d'attente...


Ceci surpris le père comme le fils, mais ils ne cherchèrent pas à contester et me dirent qu'ils attendraient. Je sortis de l'auberge et demandai alors à Sirius :


Tu peux m'indiquer les coordonnées de l'habitation des Engelwald ?

La maison de l'oncle de Liesel ?

Non, celles de leur véritable maison.

Mais... Elle est détruite. Tout est au fond de l'eau maintenant.

Mon très cher Sirius, est-ce que cela a jamais été un problème pour moi de nager ? Surtout qu'il n'est pas question de faire trempette, mais plutôt de sécher...

Bon, et bien voilà tes coordonnées Mugetsu, je ne comprends pas ton idée, mais c'est toi le chef !

Exact.




Immédiatement, je me téléportai devant la résidence des Engelwald... Ou plutôt ce qu'il en restait. Une bonne partie de la tour demeurait : les fondations, les murs les plus bas, ceux-ci subsistaient. Mais pour ce qui était des étages, ils avaient été décapités par le conflit et gisaient au fond de la rivière qui coulait non loin. Des pages de livres coulaient dans l'eau par dizaines et passaient devant mes pieds, ce qui eut tendance à m'énerver un brin : cet irrespect des connaissances, les Stellans le payeront.

Je voulais voir l'étendue des dégâts de mes propres yeux et avançait donc vers l'huis de la tour. Sirius me prévint alors :



Tu voulais entrer en plus ? Fais attention : des guerriers Stellans bivouaquent dedans.

Tu penses vraiment que c'est un problème ? Je parlerai plutôt d'aubaine...

Interrogatoire en règle ?

Bien évidemment, mais pour cela je n'en ai besoin que d'un.


Les dégâts infligés au bâtiment étant déjà colossaux, je ne voulais pas le léser plus. Avant d'ouvrir la porte, j'utilisai mes sens magiques pour repérer les divers soldats à l'intérieur. Il y en avait 5, dont deux mages, et l'un d'eux était clairement plus puissant que l'autre, même si les deux réunis ne devaient pas excéder le niveau d'un mage expérimenté... Stella valorisant le pouvoir plus que tout, ce mage était sans doute le meneur. Il serait également le survivant.




J'ouvris la porte et aucune chance ne leur fut laissée. Tous se retrouvèrent immédiatement menottés par deux sphères de Territoire qui leur attachaient les mains dans le dos, deux qui leur liaient les chevilles et une cinquième qui leur englobait la tête pour les bâillonner. Je déclenchai l'embrasement des quatre sphères qui englobaient les têtes des soldats inintéressants. Ils ne souffrirent pas, les flammes étaient trop violentes. Il ne restait d'eux que quatre cadavres décapités, que je renvoyai à Stella pour qu'ils aient droit à un sépulcre.

Le soldat restant me regardait avec un air alternant entre la surprise, la colère et l'horreur lorsqu'il vit qu'il ne pouvait pas utiliser sa magie...



Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas droit au même sort que tes petits camarades. Eux ont eu une mort rapide, ce ne sera pas ton cas. Maintenant, tu m'excuses, mais j'ai autre chose à faire que de m'occuper de toi, alors tu vas m'attendre sagement dans cette dimension-prison, qui sera ta dernière demeure.


Deux lignes bleues cernèrent l'homme, déchirèrent l'espace-temps autour de lui et il fut avalé par le vide.


Arrêtez la musique ici pour une transition moins brusque


Bien. Maintenant, au boulot, j'ai encore une heure cinquante.

La dernière fois que tu as construit quelque chose, il t'a fallu 10 mois.

Je te rappelle que tout est issu de ma magie pour la Guilde. Elle est une partie de moi. Ici, j'utilise des matériaux ayant déjà été utilisé. C'est plus un puzzle géant. Les plans je te prie... Noyau à 2%.




Les voilà, papa !

Papa ? Amusant, mais pas tout à fait ! Merci en tout cas.


Sirius avait matérialisé un plan, qui indiquait l'emplacement de chaque morceau brisé, les moindres gravats et leurs emplacements sur la tour à reconstruire. Un véritable jeu d'enfant à réassembler avec de la magie gravitationnelle. La tour fut réassemblée en moins de vingt minutes. Je sortis admirer le résultat, il était tout à fait concluant.


Et bien, plus qu'à solidariser ça proprement...

Grand Territoire...

Tissage matériel !



Entre chaque interstice qui devait être comblé, de la magie territoriale s'infiltra et commença à recréer de la roche telle qu'elle devait figurer le long de la tour. Une fenêtre coupée en deux ? Elle générait le verre, le bois, la pierre. Il suffisait de laisser ma magie travailler et mes æthernanos se vider un peu.


D'ici trois heures, ce sera terminé, mais elle peut travailler sans moi. Sirius, cherche-moi des beaux meubles inutilisés, de même pour de l'argenterie et des commodités en tout genre. Je réassemble la plomberie pendant ce temps.

Bien ! Ici... Ici... Et là ! J'ai tout trouvé ! Je fais quoi avec ça ?

Choisis un agencement de ces diverses choses dans la tour, synchronise-toi avec mes capacités de téléport et installe tout ça. La plomberie est reliée ! À ma magie de la jointer maintenant.

Meubles installés ! Je veux pas dire, mais c'est encore mieux qu'avant.

Prétentieux.

Réaliste.

Je crois que tout est fin prêt pour accueillir à nouveau une famille. Il ne manque plus qu'une chose : de la lecture. Après tout, c'est censé être une bibliothèque, mais les livres sont dans la rivière...

Les réassembler prendrait des jours...

C'est pourquoi nous allons procéder différemment. Noyau à 10%.

Qu'est-ce que tu veux faire avec tant d'énergie ?

Sélectionne tous les ouvrages de la guilde qui présentent un grand intérêt sans présenter de risque pour le lecteur. Dupliques-en assez pour remplir cette bibliothèque et téléporte les duplicata ici.

Tu te rends bien compte que tu donnes une partie des connaissances d'Æternitas à des inconnus ?

Des inconnus qui ont tout perdu et dont le fils va de toutes façons venir étudier avec nous. Exécution mon ami, exécution.

C'est parti ! Analyse, réplication, patinage... Suppression d'un jeu de mot avec une discipline sportive... Les duplicata ressembleront aux éditions originales. Téléport, agencement, classement.. Opération terminée, énergie consommée régénérée par Alpha Requiem. Noyau régénéré. Retour au stade isolé.

Maintenant, nous avons fini.


Avant de partir, je générai un fin film de magie du Territoire autour du bâtiment, le rendant invisible tant que ses occupants ne le rejoignaient pas. Toute personne qui se heurterait à la tour pourrait marcher au travers sans même s'en rendre compte.




Je réapparus devant l'auberge et entrai, Liesel et Erick étaient toujours là. Ils n'avaient pas bougé, seul le contenu de la bouteille d'hydromel avait diminué.

Je ne me rassis pas à la table et fit voler mon verre et la bouteille jusqu'à moi pour me servir, terminant ladite bouteille, que je fis ensuite voler vide jusqu'au comptoir avec le juste compte d'argent, et une grosse pièce de 5 000 joyaux en pourboire. Le pourboire n'était pas faramineux, mais il était suffisamment exceptionnel pour une bouteille d'hydromel : le serveur regarda la pièce puis l'attrapa brusquement et la fourra au plus profond de la poche intérieure de son veston.

Devant les airs ébahis de tous les occupants de l'auberge, je claquai des doigts, ce qui propulsa deux trainées bleues vers les étages. Je regardai Liesel et Erick et ironisai :



Et bien quoi ? Vos bagages ne sont pas encore prêts ? Seigneur, ces jeunes, aucune envie d'exploiter leur temps libre ! Pourtant, avec un peu de magie, tout est vite plié. Allez, venez dehors, vos sacs sont déjà là, tout est prêt pour notre départ.


Ceci dit, les faisceaux de lumière ramenèrent deux grands sacs de cuir, avec des affaires parfaitement rangées à l'intérieur. Je sortis le premier, suivi des sacs et Liesel et son père se levèrent pour me rejoindre. Le temps était grisâtre, je fis mine de m'étirer, en levant les bras vers le haut, imbriquant mes doigts, puis éloignant mes bras latéralement pour les ramener le long du corps. Tout ceci, je l'avais fait avec de la magie aérienne autour de mes paumes, ce qui provoqua l'exil des nuages au-dessus de nos têtes, révélant un soleil radieux. Je souris :


Beaucoup mieux.


Et avant qu'ils ne puissent dire "ouf !", nous étions déjà téléportés dans la cour principale de la guilde. Je fis mine de m'éclaircir la voix comme un mauvais guide touristique... La formule était classique et écornée, mais situationnelle :


Bienvenue à Æternitas !



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: SS++
Aeternanos: 500 001
avatar
Raziel
Mage
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 240
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Mai 2016, 02:37
         

Le voilà qu'il venait de disparaître, pour une à deux heures... rien de mieux ne pouvait se produire pour laisser mon père discuter seul à seul avec moi. Néanmoins il n'avait rien dit pendant plusieurs minutes. Peut-être considérait-il que c'était à moi de commencer ?

Alors... Tu es prêt à suivre cet inconnu ?

Oui... je ne sais pas s'il s'agit d'un bon choix. Mais je pense que c'est le mieux, pour l'instant ; ses idées m'intéressent, son regard n'a rien de mauvais, il est puissant, et puis... je ne sais pas. Il a une aura autour de lui, elle met en confiance...

Vraiment ? Si tu es sûr de ce choix, alors je ne peux que te laisser le suivre... Mais laisse-moi au moins te mettre en garde. Il n'est peut-être pas mauvais, mais on ne change pas un monde comme ça... Tu devras forcément, tôt ou tard, prendre des décisions difficiles, que tu risques de regretter. S'il te plaît... réfléchis bien... Je ne veux pas que les remords te rendent fou.

J'en bien conscience... Sache de ton côté que je suis plus solide que j'en ai l'air. Même si j'ai une faible constitution, ma volonté dépasse celle de beaucoup, et je compte bien la mettre à profit pour avancer, devenir plus fort !

C'est rare de t'entendre clamer ta détermination ! ...Je suis fier de toi.


Il ébouriffa mes cheveux en m'adressant un sourire paternel. Nous divaguâmes rapidement sur ce que notre imaginaire nous informait ce qu'allait être de mon futur : du lieu où j'allais vivre aux types d’exercices que j'allais pratiquer, tout était imaginé dans les moindres détails. Je savais malgré tout que j'aurais la possibilité de revoir ma famille... J'espérais secrètement que mon père n'allait pas finir ses jours dans cette taverne, comme du pain rassit par le désespoir. Mais je sentais dans la lumière qu'il avait peu à peu retrouvée que dès qu'il serait seul, il agirait à nouveau. J’étais heureux de cela. Jamais je ne l’avais vu si dépité que ces derniers jours… si bien que j’étais moi-même effrayé de tenter de l’encourager, de peur qu’il rétorque son désespoir et détruise ce qu’il me restait d’espérances.

La magie du papier… Quels étaient les secrets qu’elle pouvait bien receler ? Tout ce dont j’étais capable pour l’heure était de lancer des avions en papier qui, en visant bien, pouvait écorcher une planche de bois. De quoi pourrais-je bien être capable plus tard ? J’allais probablement faire de nouvelles rencontres également… Je n’avais jamais réellement eu d’amis, enfant. Toujours dans les jupons de ma mère quand des jeunes venaient à la bibliothèque, je m’amusais plus avec les personnages fictifs que les personnes réelles, trop complexes, trop effrayantes.

Le temps que Mugetsu reviennent nous parurent une éternité, pourtant, lorsque sa chevelure céruléenne passa à nouveau la porte, tout se passa si vite, qu’en moins de temps qu’il ne fallut pour comprendre ce qu’il se passait, nous nous retrouvâmes ailleurs. Totalement ailleurs.


Lorsque nous réalisâmes que nous nous trouvions face à un gigantesque château posé sur une île dans le ciel, l’émerveillement n’était pas descriptible. Voilà donc les moyens dont il disposait ! L’odeur de l’air était radicalement différente : on sentait danser dans l’atmosphère qui nous entourait la puissance magique dont ce nourrissait cet endroit. C’était sublime ! Tout un écosystème absolument autonome et flottant dans les cieux. Je ne pouvais rêver mieux. Comment cela fonctionnait-il !? Est-ce qu’une gigantesque lacryma alimentait le tout ? Est-ce qu’un groupe de mages étaient en permanence en activité ? Le vent faisait oublier ces questions, en emportant mon esprit à mesure que mon regard vagabondait à travers les collines, s’arrêtant sur chaque oiseau, sur chaque arbre, pour en détailler l’impossible. Aucun mot ne pouvait sortir de ma bouche, pourtant je voulais faire part de mes impressions ! Le ciel tout entier nous entourait, jamais je n’aurais imaginé vivre tel émerveillement ! Les sons de la nature restèrent maîtres un instant, nous imposant le silence, alors que nous tentions tous deux de le briser égoïstement…

C’est somptueux...

Magnifique…

J’avais entendu parler des exploits de la magie, mais j’étais loin de m’imaginer une telle chose.

C’est donc ici que je vais apprendre ce que recèle ma magie !? Je dois être en train de rêver… le paradis existe donc !


Nous avions tous les deux oublié Cläre à cet instant, tant l’incompréhension était de taille. Mais réaliser cette forteresse dans les cieux était si impossible pour de simples esprits étriqués, pour qui l’imaginaire ne constituait que l’immatériel et l’impossible…

Si c’est de cet endroit que mon fils pourra voir l’aube et le crépuscule, alors je vous le confie. Jamais de ma vie je n’aurais la possibilité de lui offrir pareille splendeur. Vous avez mon respect et ma confiance, Monsieur Mugetsu.

Ce n'est qu'après notre moment d'admiration intense que nos esprit réapparurent. À ce moment-là, des tas et des tas de questions me vinrent ! Combien de personnes ici ? Qui était la plus puissante ? Y avait-il une bibliothèque ? Où allais-je dormir ? Où étaient les toilettes ? À quelle heure mangions-nous ? Pouvions-nous chasser ? Au dessus de quelle régions volions-nous ? Trop de questions, des plus stupides aux plus intéressantes, m'envahissaient, si bien que j'étais trop concentré dans ma réflexion et mon observation pour écouter ce qu'il se disait à côté de moi.



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: Expérimenté
Aeternanos: 131 096
avatar
Liesel Engelwald
Sorcier travailleur
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 263
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Juin 2016, 23:19
         


La transition terre-ciel avec la splendeur de la guilde si brusquement révélée faisait toujours autant d’effet aux nouveaux arrivants. Ma satisfaction devant leur ébahissement était totale.


Merci, Erick. Désolé de vous le dire ainsi, mais s’il n’était pas venu, les pouvoirs de Liesel ne seraient devenus que l’ombre de ce qu’il va pouvoir obtenir ici.

Possédez-vous le don de préscience ?

Non… La préscience est une forme de Destin… Et même si je ne peux pas, encore, tout vous dire sur moi : le Destin, c’est mon travail de le modifier suffisamment pour qu’il ne soit pas verrouillé. Alors, plutôt que de parler d’une quelconque voyance, disons plutôt que les probabilités et moi sommes des amis proches.

Je vois… Attendez. Nous ne savons pas tout de vous ? Comment ça ?


Erick s’était raidi en entendant cela… Pensait-il que je pouvais être mauvais ? Oh, il n’avait pas tort, non pas face à lui… Mais l’homme qui attendait dans sa prison cosmique ne serait sans doute pas à la noce d’ici quelques heures… Pour l’heure, il fallait mieux répondre honnêtement à un père méfiant…


Ce secret, je ne le révèle habituellement qu’aux membres d’Æternitas. Mais il me semble que vous méritez de savoir. Après tout, vous et Cläre êtes ses parents… Chaque homme a ses secrets, ses peines, ses doutes… Mais peu ont en eux la volonté et la capacité de les outrepasser pour atteindre un état d’existence supérieur. Disons que j’ai rencontré les bonnes personnes pour cela. Je fus certes humain un jour… Mais désormais, on me connaît sous le nom d’Ascendant.




Disant cela, sous les yeux ébahis du père et captant à nouveau l’attention du fils, je déployai mes ailes et mon auréole vint ceindre ma tête. Les marques bleues à la surface des plumes s’illuminèrent et se détachèrent avant de dessiner un aperçu, terriblement réduit, de Vectura devant mes invités. Alors, d’une voix teintée de magie primaire et puissante, je m’exprimai ? Ou fut-ce là tout Vectura ?


Mon nom est Mugetsu, Archange recteur de la Séphira Hokhmah, créateur des Miracles et de l’Impossible, successeur de Raziel, celui qui est présent en toutes choses. Je suis celui qui corrige le Destin, celui qui rend possible ce qui aurait dû être mais qui a été étouffé, celui qui balaye les erreurs qui auraient pu conduire au cataclysme. Et Vectura est ma capitale, contemplez la ville infinie, détentrice des possibles et des impossibles, des irréels et des réels.


Ma transe cessa aussi brusquement qu’elle venait de sourdre. Mes artéfacts se dématérialisèrent. Erick et Liesel avaient eu l’air fascinés par une telle transformation, qui avait balayé les doutes du père quant à ce que j’aurais pu cacher et qui comprenait désormais que c’était juste une protection de plus pour son fils que je lui avais dissimulée…




Je suppose que vous comprenez désormais pourquoi peu de gens savent tout sur ma nature ?

Un tel pouvoir ne saurait qu’être convoité par autrui s’il était public…

Exact. Mon cher Erick, je dois vous avouer que j’ai plusieurs choses à faire en ce jour et que je ne peux malheureusement pas vous tenir compagnie plus que de raison, alors voici mes instructions pour vous et Liesel : vous êtes libres de visiter la guilde autant que vous le souhaitez, vous pouvez la quitter en passant par le portail qui se trouvera droit devant vous en entrant dans la Haute-Tour – le bâtiment juste derrière moi – et je vous laisse ceci.


Je fis apparaître entre mes doigts un anneau noir de jais, surmonté d’un saphir bleuté, ainsi qu’un autre, totalement blanc, surmonté du même saphir.


Voici des bagues de rappel : vu que vous ne disposez pas du tatouage de la guilde, je pense que c’est le meilleur moyen pour vous de revenir voir votre fils de temps en temps. C’est simple : passez-la au doigt, pensez à Liesel et dites trois fois « Sirius ». Vous reviendrez en ce lieu instantanément.

Merci. Mais pourquoi deux bagues ?

Mais cela va de soi : pour Cläre évidemment ! Je serais vous, j’irai rendre visite à ma famille Berg, cela fait longtemps que vous ne les avez pas vu je crois.


J’adressai un clin d’œil à l’homme pour asseoir mon propos. Les larmes lui montèrent aux yeux… Il rangea rapidement les bagues, embrassa Liesel, me serra la main en se confondant en remerciements et s’enfuit rapidement vers la Haute-Tour… Tout se passe si vite… J’eus à peine le temps de lui transmettre télépathiquement une image de sa demeure reconstruite et un message : « le foyer est un endroit sacré, ainsi m’était-il impensable de vous laisser sans ce présent… ».
J’allais me retourner vers Liesel mais celui-ci était déjà parti en exploration… Je soufflais.





Ah jeunesse… Il est si pressé d’explorer que je n’ai même pas pu lui remettre son tatouage de guilde…

Laisse-le donc s’amuser, je m’en occuperai… Tu as encore du travail.

Tiens donc ? Et où cette fois-ci ?

Les plages de Minstrel, ça te tente ?

Certes, oui. Un nouveau protégé à accueillir ?

Exact. Et elle vient juste de découvrir ses pouvoirs… Autant dire que ce n’est pas très facile pour elle… D’autant plus qu’elle vient de Stella.

Une désertrice ?

Non, une réfugiée.

Et elle a réussi à rejoindre Minstrel en étant une civile ?

Et en faisant traverser la frontière à toute sa fratrie.

Échapper de telle façon à la vigilance stellane prouve au moins une chose : ou bien elle est particulièrement douée pour choisir son itinéraire au travers des lignes ennemies, ce qui prouve un talent pour la stratégie certain ; ou alors elle a une très grande chance, ce qui prouve une influence magique puissante autour d’elle, même si elle n’en était pas consciente jusqu’à aujourd’hui…

Au vu de sa magie, je pencherai pour la deuxième option.

Magie qui est ?

L’invocation arcanique du Tarot. C’est une devineresse.

Pouvoir plus qu’intéressant. Totalement en contradiction avec Hokhmah, mais fascinant… Partons à la rencontre de cette… Dame ?

Demoiselle.

Je vais encore passer pour un vieux pervers… Mais soit.

Dois-je te rappeler que tu as les traits d’un homme dans ses plus belles années, non pas ceux d'un homme fêtant sa quarantième année ?

Trente-six. Pas quarante, merci. Je suis immortel, mais je compte encore les ans pour l’heure.

Oh tu sais… Le jour de ta mort, tu seras éternel, le mot « temps » ne signifiera rien pour toi, donc bon… Quatre ans de plus ou de moins…

Je… ne suis pas… encore… mort. Mon cher.

J’en suis conscient… Et c’est bien la dernière chose que je souhaite, mais soyons lucide : tu rencontreras un jour un ennemi plus fort que toi qui t’en voudras à mort et tu l’affronteras seul ou, plus probablement, une de tes expériences magiques te sautera à la figure et te causera des lésions irréparables…

Qu’est-ce donc que cet élan de pessimisme ?

Je sens les choses arriver, c’est dans ma nature… Et ce que je vois au loin ne me plaît guère…

Bah ! Tu sais bien que les probabilités sont faites pour changer !

Oui… Mais…

Chut. Les coordonnées je te prie.

3°27’38’’ Nord et 15°25’56’’ Ouest.

Merci !


Je ne me téléportai évidemment pas à l’emplacement exact indiqué par Sirius : l’expérience m’avait appris que se téléporter directement dans le salon d’une personne était du plus mauvais aloi quant à l’explication « post-teleportum » de mes intentions. Aussi préférais-je quelques secondes plus au Sud… Bien mal m’en prit : je fus transporté au-dessus d’un lac… Plouf.




Grrr…

Pour une fois que je te donnais des coordonnées en-dehors d’une habitation…

Mon cher Sirius… Tu es un brin tête à claques par moment, le savais-tu ?

C’est mon rôle : prévoir, anticiper, prendre les coups (du sort) et parfois…

Les coups de pied au derrière.

Oui, aussi… Mais en tant qu’être immatériel, je m’en tire plutôt bien.

Ah, seigneur… Bon. Sortons de là. Je ne suis pas une nymphe des marécages.


En quelques brasses, je fus sorti de l’eau, devant une charmante maison forestière. Toutefois, avant de me présenter à son huis, je fis sécher mes vêtements par une onde de chaleur… Accueillir chez soi « la chose du marécage » était en effet d’un potentiel douteux pour la survie des tapis.


Tu ne m’avais pas parlé de « plages » ?

Au bord d’un lac, au bord de la mer, qu’est-ce que cela peut bien changer ? De l’eau reste de l’eau.

Certes… Tu aurais évidemment les mêmes réactions si je te versais dessus de l’eau du robinet et l’eau du Néant de Dame Haniel.

Pas vraiment non, mais qu’est-ce que cela a à voir avec notre situation actuelle ?

Il y a qu’à défaut d’eau salée et de sable blanc, j’ai fait trempette dans de l’eau vaseuse et je marche sur des cailloux pointus !

Tu es d’une humeur… Lunatique.

Zut.


J’allais cesser de lever la tête au ciel comme un ahuri pour chercher un Sirius qui ne se trouvait que dans ma caboche et ainsi aller actionner le heurtoir de la porte, mais je n’eus pas à le faire. En baissant mes yeux de l’azur, je tombais nez à nez avec une jeune demoiselle aux cheveux pareils aux blés. Celle-ci, nullement impressionnée par l’onde de chaleur qui laissait encore ses résidus magiques alentours, ni même par notre différence de taille me fixait avec réprobation, la main sur une sorte de… couteau de cuisine ? qu’elle devait hésiter à utiliser contre moi…


Bonjour ici ! Je cherche la dénommée Aria !



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: SS++
Aeternanos: 500 001
avatar
Raziel
Mage
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 240
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Juin 2016, 13:13
         
J'étais en pleine création culinaire avec Lila faisant ses devoirs à mes côtés, lorsque j'entendis la porte s'ouvrir. Bizarre, à cette heure-là de la soirée, personne ne rentrait ou ne sortait. Tata Diane était partie chez un ami, à l'Est de Minstrel et ne rentrerait que dans quelques jours. Elio était dehors en train de... Bah en fait, je ne sais pas trop : il batifole sans doute avec des demoiselles. Lila était à mes côtés et Mia é- ... Mia ? Où était Mia ?
- "Tu sais où est Mia ?
- Oui, elle est dans la salle à manger, elle met la table, je crois."
Affublée de mon tablier, je m'avance dans le couloir, décidée à voir qui était rentré, ou sorti :
- "Cac, Elio, c'est toi qui est rentré ?"
Soudain, un cri se fait entendre "ARIIIIIIIIIIA !". Cela vient de l'entrée : je me précipite vers la porte, intimant à Lila de rester dans la cuisine. J'accours, sortant le stylet de ma ceinture, sous mon tablier. J'aperçois la chevelure blonde de Mia et sa main, qui tenait un des couteau de cuisine que l'on laisse dans la salle à manger. Je le sens d'ici, elle est tiraillée entre plusieurs sentiments. J'agis rapidement : la plaçant derrière moi, je fais face à cet homme, en position de défense. Imposant, pour sûr ! De plus, il dégage une aura particulière, je dirais même, étrange.
-"Mia, reste derrière moi...
- Ce gars est apparu de nul part, il est comme tombé du ciel... Dans le lac ! Je te le jure, deirfiúr mhór ! Puis, il est sorti et il était sec, comme s'il ne s'était pas mouillé... Il est bizarre... Et un peu effrayant !"
L'aura qu'il se dégageait de lui était vraiment intrigante, mais je ressentais la panique de ma petite sœur : peu importe qui était cet homme, je devais protéger ma famille.
-"Bonsoir, je présume donc que vous êtes la dénommée Aria."
Pour un inconnu, il est plutôt poli, ça change des amis d'Elio, tiens ! En lui prêtant plus d'attention, je ressens la force magique qu'il dégage... Imposant ET impressionnant ! Avec sa seule puissance magique comme indicateur, on ne le prendrait pas pour un être humain... Je reviens à mes préoccupations premières : protéger Mia.
-"Mia, va avec Lila, s'il-te-plaît.
-Mais, je-
- Pas de "mais", Mia. Va aider Lila avec ses devoirs... Et surveille le four, en passant !"
Renfrognée, elle s'en va, mais ne se retient pas de fixer l'homme avec un regard qui en dit long ("je te tiens à l’œil !", semblent-ils dire). Maintenant qu'il n'y pas plus de danger pour elle, on va passer aux choses sérieuses. Mon stylet est toujours dégainé, je suis prête à attaquer s'il le faut :
-"Je ne sais pas qui tu es, je ne sais pas ce que tu veux, mais laisse-moi te prévenir : oses faire du mal, par quelconque moyen, à un membre de ma fratrie, et je te jure, que les étoiles m'en soient témoins, que je te mettrais à terre sans remords. Titim gan éirí ort ! Donc, mieux vaut pour toi que tu n'aies pas de mauvaises intentions ou, si tu en as, mieux vaut pour toi que tu sois près à en baver, damnú ort."



"I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes."

- C. Baudelaire

Fiche du mage
Guilde: Aucune
Rang: En apprentissage
Aeternanos: 16 940
avatar
Aria Horwand
Apprenti magicien
Sexe (IRL) : Féminin
Messages : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Juin 2016, 22:24
         
Un caractère fort bien trempé... Une fougue dans l'art de protéger... Il n'y avait pas de doutes pour moi,. Cette demoiselle était un véritable paladin débutant : capable de châtier n'importe quel mal, si démesuré soit-il, qui franchirait son huis. Elle me fit une excellente première impression. Néanmoins, il me fallait rétablir l'ordre des choses : je n'aime pas être pointé du doigt, encore moins du couteau. Ainsi donc, mon regard se durcit, ma main droite fut entourée d'énergie iridescente et, du bout de l'index, je touchais la pointe de la lame. Celle-ci se courba à ce contact et plus j'appuyais, plus elle fuyait. Quand elle fut pliée en deux, je souris à Aria :


Si mes intentions étaient mauvaises, cela ferait longtemps que j'aurais pu les mettre en application. Détournez donc cette chose de mon thorax, vous pourriez blesser quelqu'un.


Je relâchais alors mon énergie magique, et tel du fer blanc, la lame retrouva son intégrité en émettant un "tzoing" caractéristique.


Bon, présentations. Contrairement à ce que mon arrivée pourrait laisser croire, je ne suis pas un démarcheur... Ou plutôt si, mais un peu particulier : un dénicheur de talents serait la qualification exacte. Mugetsu, mage, maître en magie spatiale et également maître de guilde. Indépendante. Je n'aime pas les Conseils, trop facilement corrompus. Je suis en campagne de recrutement et tu viens de découvrir ta magie, je le sais : je suis là pour ça, car tu as du potentiel. Énormément de potentiel, celui de protéger ta famille, mais bien plus de personnes encore. Voudrais-tu m'accorder quelques instants pour discuter de tes talents et de ce qui pourrait t'intéresser dans cette guilde ?



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: SS++
Aeternanos: 500 001
avatar
Raziel
Mage
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 240
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Juin 2016, 23:05
         
Bon, ça avait le mérite d'être clair ! Si j'étais sur la défensive au début de cette... conversation ?, j'étais maintenant intriguée par cet homme. Après son interaction avec mon stylet et cette présentation (ma foi plutôt explicite), je pris plus de recul face à la situation, afin de ne pas créer d'autres quiproquos. Il avait raison : s'il avait voulu me faire du mal, il n'aurait pas attendu que je vienne jusqu'à Mia ou que je le menace. De plus, il n'avait rien d'un garde ou d'un politicien stellan. Et à part avec eux, je n'avais de problème avec personne. Et à moins qu'il ne soit vraiment fourbe, il n'aurait pas joué la carte de la bienséance et de la politesse, et créé une histoire comme celle-ci... Heureusement que je suis intervenue avant que Mia fasse quelque chose car tête-brûlée comme elle est, elle n'aurait certainement pas vu le danger qu'il représente !
-"Bien. Il est clair que je me suis emportée. Je m'excuse sincèrement pour mon attitude : il m'arrive parfois de trop me laisser guider par mon instinct... Ce qui n'est pas toujours le bon choix, malheureusement. Vous vous êtes présenté, à mon tour. Effectivement, je suis bien Aria. Et la tigresse à qui vous avez eu affaire juste avant est ma petite sœur, Mia.", dis-je avec un sourire, "Je vous prie de bien vouloir excuser son impulsivité. Elle a tendance à réagir au quart de tour... Concernant votre demande, je ne peux vous répondre maintenant : il est l'heure du repas pour Mia et Lila, mon autre petite sœur. Et il est de mon devoir de veiller sur elles. Je ne sais pas si vous connaissez les enfants, mais ils peuvent parfois être de véritable petits diables quand leurs habitudes sont bouleversées ! Dès lors, en gage d'excuse, accepteriez-vous de dîner avec nous ? L'auberge la plus proche est en réparation et malheureusement, les autres ne sont pas fameuses ! De plus, nous pourrions discuter de vos propositions juste après le repas. Alors, qu'en dîtes-vous ?"



"I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes."

- C. Baudelaire

Fiche du mage
Guilde: Aucune
Rang: En apprentissage
Aeternanos: 16 940
avatar
Aria Horwand
Apprenti magicien
Sexe (IRL) : Féminin
Messages : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 01 Juil 2016, 14:37
         
Je fis mine de réfléchir quelques instants avant d'accepter avec joie la proposition d'Aria : un bon repas serait du meilleur aloi pour effacer ce goût de vase persistant que je devais à ma plongée surprise.


J'accepte avec joie et, même si je n'ose me proposer derrière un fourneau, permettez-moi néanmoins de dresser la table.


Ainsi, en quelques tours de passe-passe, la grande table de la salle à manger était recouverte d'une nappe de soie blanche directement aspirée auprès des tisserands royaux de Pergrande (ils en produisaient tellement pour les familles nobles de cet immense pays qu'ils ne remarqueraient même pas sa disparition), d'assiettes finement travaillées venant de Caelum et d'une argenterie, tant les couverts que les récipients, provenant du palais d'un duc quelconque en Minstrel. Enfin apparurent des lacrymas sculptés, fruit du travail d'Onychina, en de magnifiques chandeliers transparents qui émanèrent une douce lumière. Satisfait, je modifiais finalement les chaises pour augmenter leur standing et leur confort en rapport avec leur nouvelle tablée. Je souris à Aria :


Ceci est à vous désormais, c'est un cadeau. J'ignore par contre comment vous souhaitez vous placer, je vous laisse faire : après tout, vous êtes la maîtresse de maison et il serait fort peu recommandé par l'étiquette de m'ingérer plus dans vos affaires quotidiennes.



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: SS++
Aeternanos: 500 001
avatar
Raziel
Mage
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 240
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 04 Juil 2016, 00:02
         
J'étais restée stupéfaite devant ces cadeaux. Même en continuant d'enchaîner mes 3 boulots, je n'aurais jamais pu offrir ça à ma famille :
-"Go raibh maith agat ! Je ne sais pas quoi dire d'autre... A part que vous n'étiez pas obligé : c'est un plaisir de vous inviter à notre table, et aussi une compensation pour cette... "Confrontation". Je vous en prie, installez-vous où vous voulez, nous n'avons pas de place attitré. Mia et Lila, mes deux petites sœurs, vont nous rejoindre."
Le temps que notre invité d'installe, j'appelais Mia et Lila, qui étaient dans la cuisine. Elles vinrent saluer Mugetsu, et Mia fit même un effort de convenance en s'excusant de s'être emportée (un miracle, chez elle ! Elle s'excusait que lorsqu'elle savait que sa réaction avait peut-être été disproportionnée). Elles s'attablèrent et commencèrent à discuter avec l'invité, à lui raconter tout ce qui leur passait par la tête : super ! Cela voulait dire qu'elles l'appréciaient. Je profitai pour me débarrasser de mon tablier et me laver le visage et les mains dans la cuisine. J'amenai ensuite l'entrée préparée avec Lila :
-"Monsieur Mugetsu, c'est Aria et moi qui avons fait la salade ! J'ai coupé les tomates moi-même, et Aria a fait une sauce maison ! J'espère que vous allez aimer.
- Je m'excuse d'avance si le repas n'est pas des plus digne. Je ne suis pas la meilleure cuisinière de Minstrel, mais je me débrouille pas mal, si on écoute mes sœurs", dis-je, riant à l'idée qu'elles puissent penser que ma cuisine était la meilleure du monde.
Le repas continua, ponctué par les remarques et discussions de Mia et Lila : elles expliquaient à Mugetsu ce qu'elles faisaient, qui étaient leurs amies... L'ambiance était vraiment agréable et les filles étaient très contentes d'avoir quelqu'un d'autre à qui parler. Je me sentais vraiment bien dans cette ambiance. L'homme qui paraissait si imposant me semblait maintenant plus sympathique et même jovial. D'ailleurs, à mon grand plaisir, il ne semblait pas épuiser ou ennuyer par le blabla de Mia et Lila, pourtant de véritables pipelettes ! Au moment où elles commencèrent à débattre sur le plat que je réussissais le mieux, j'entendis la porte s'ouvrir. Je me précipitai vers l'entrée. Dès que la silhouette glissa dans le couloir, je jetai la planche de bois, posé dans l'entrée sur le retardataire :
-"Elio, sérieusement, c'est que maintenant que tu rentres !
- Oh, du calme, deirfiúr mhór ! J'étais avec des amies...
- Des amies, hein ? Tu parles de laquelle : la blonde, la brune, la rousse ou l'exhibitionniste ?"
On ria aux éclats face à cette boutade qui nous rappela certaines soirées : on commença à se chamailler fraternellement, en allant dans la salle-à-manger. Quand Elio vit notre invité, il ne put s'empêcher de faire le guignol, et alla le saluer bien trop amicalement à mon goût (j'avais peur que Mugetsu prenne mal le côté trop "sociable", "emphatique" de mon frère, qui avait tendance à oublier le rapport de respect). Il s'installa à nos côtés et le repas reprit son court.

Une petite heure plus tard, la table était débarrassée, les petites s'étaient préparées et vinrent nous souhaiter bonne nuit. Elles harcelaient Mugetsu pour savoir combien de temps il allait resté ici :
-"Bon, allez, on se calme, c'est l'heure d'aller se coucher. Vous montez et je veux pas entendre un bruit, d'accord ?", leur demandai-je avec un clin d’œil.
Ni une ni deux, elles étaient au lit. Elio était toujours avec Mugetsu et moi, dans la salle à manger. On discuta encore un peu tous les trois avant qu'Elio ne parte chercher quelques bouteilles d'alcool dans la cuisine : il partait à une fête chez des amis, à quelques rues d'ici. Je lui demandai d'être prudent sur le chemin, que ce soit à l'aller ou au retour. Ensuite, j'amenai du thé, du café et des biscuits à Mugetsu : il était temps de passer aux choses sérieuses. Il était venu me faire une proposition, pas pour faire du tourisme à Brià.
-"Très bien. Vous m'avez fait une proposition : vous pouvez m'en dire d'avantage ? Vous m'avez parlé d'un moyen de protéger plus de personne que ma famille. Je vous l'avoue, ça m'intéresse beaucoup : j'ai envie de m'émanciper, d'être responsable de moi-même. Sans vouloir m'épancher dans les détails, je veux vivre ma vie et découvrir qui je suis vraiment. Et si votre proposition peut me permettre de le faire, je suis partante."



"I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes."

- C. Baudelaire

Fiche du mage
Guilde: Aucune
Rang: En apprentissage
Aeternanos: 16 940
avatar
Aria Horwand
Apprenti magicien
Sexe (IRL) : Féminin
Messages : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 06 Juil 2016, 21:47
         


Avant même que je n'aie pu exposer mon idée, je savais déjà que toutes les cartes étaient dans ma main. Il s'agissait maintenant de bien les jouer... Il pourrait sembler facile de convaincre des gens de rejoindre une guilde : elle offre le gîte, le couvert, un revenu, une famille... Bref, tout ce qui peut-être nécessaire. Mais elle exige néanmoins des sacrifices : celui de rejeter une nature pacifiste pour pouvoir tuer un ennemi, celui de rejeter ses préjugés pour se plonger corps et âme dans l'apprentissage des arcanes ultimes de son propre art... En somme, un maître de guilde indépendante pouvait ici perdre même avec une quinte flush royale. Néanmoins, je ne suis pas de ceux qui acceptent facilement la défaite, surtout lorsque la victoire se profile à l'horizon sans l'ombre d'un nuage. Il était temps pour moi d'exposer les buts d'Æternitas à Aria.


Bien, parlons de tout ceci. Comme je te l'ai précédemment dit – j'espère que tu acceptes que je te tutoies ? – je suis le maître d'une guilde indépendante. Cela signifie que nous ne répondons que de nos propres actes et non de l'autorité du Conseil Magique. À ce titre, celui-ci ne nous accorde qu'une forme de tolérance : cela les arrange bien d'avoir des alliés de l'ombre pour s'occuper de mages noirs qu'ils voudraient eux-mêmes voir disparaître, sans oser ni avoir à lever leur gras petits doigts de leurs confortables pommeaux d'accoudoirs. Cependant, pour tous les mages indépendants, le Conseil représente une entité répugnante et opportuniste, créée pour juguler les conflits opposants les guildes mais s'étant assise sur un gigantesque trône qui leur était offert : aucun mage officiel ne peut bouger un orteil sans que le Conseil ne le sache... Et pourtant ce sont les plus puissants des maîtres officiels qui élisent leurs Sénateurs... Une vraie dictature de la démocratie.

Ainsi, rejetant ces conceptions et souhaitant changer le monde d'une façon plus rationnelle et logique, mettant aux bons endroits les bonnes personnes pour la bonne marche de l'ensemble de cette planète, moi et bien d'autres mages indépendants vivons dans une culture d'une magie forte et belle, purifiée de ses noirs aspects, n'étant pas seulement asservie à son utilisation mercantile mais pouvant accomplir de grandes choses : sauvegarder les mémoires de peuples en déclin, apprendre les anciennes magies à des générations bien plus lointaines... Nous sommes là pour permettre la diversification illimitée de la magie et son expansion en toute chose en supprimant ses noirs aspects. Je parle bien là d'une purge, sois-en consciente : le but final d'Æternitas et de l'organisation qui la chapeaute, le Chrysokrone, est l'éradication pure et simple du concept de "magie noire". Même les magies les plus obscures ont en elle des aspects qui permettent de faire le bien. Ce sont ces aspects-là que nous devons faire ressortir. Entre les bonnes mains, même la plus absconse magie abyssale peut exterminer une force qui menaçait un pays entier, en lieu et place de la soutenir.

Je suis donc là pour cela : tu as une magie superbe, qui écrit et lit les destins. Ce serait du gâchis de ne pas l'amener vers des sommets. Tout comme les grands hommes qui règnent en étant aimés de leur peuple, les mages qui ont les capacités de devenir les grands protecteurs des peuples doivent le devenir. Pour eux-même d'abord, pour la vie des hommes ensuite. Alors, Aria Séléné Horwand, je te le demande : veux-tu devenir un paladin de l'humanité ? Mänkyn shur'skölir threyja ?



Ainsi avais-je répété ma dernière question dans ma langue maternelle : celle des Anges. Non pas en langue du Premier Cycle, qui aurait transformé la maison en un champ de bataille, mais le parler classique, parlé par toutes les castes d'Anges, mais que l'on n'entendait que rarement dans la bouche d'humains. Allez savoir pourquoi : j'avais l'envie de prononcer ces mots en angélique, peut-être parce que, secrètement, je savais que les étoiles m'écoutaient...



Fiche du mage
Guilde: Aeternitas
Rang: SS++
Aeternanos: 500 001
avatar
Raziel
Mage
Sexe (IRL) : Masculin
Messages : 240
Voir le profil de l'utilisateur
         
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant